Les moyens de contester dans la légalité

Ce dimanche 20 août 2006 va sans conteste être une journée pas comme les autres dans l’histoire de notre patrie bien-aimée. En effet, si le 30 juin reste chaque année depuis 1960 le jour où nous fêtons l’accession de notre pays à l’Indépendance et à la souveraineté, et si le 30 juillet 2006 sera le jour où les congolais se sont massivement rendus dans les bureaux de votes afin de mettre un terme à la plus longue transition politique dans le monde, la date du 20 août 2006 sera celle qui verra l’entérinement par la Commission Electoral (prétendument) Indépendante soit de la victoire au premier tour de celui que tout l’Occident présente à l’opinion congolaise et mondiale comme « l’espoir du Congo » ou alors, l’annonce d’un deuxième tour entre les deux premiers de la compétition électorale et donc, de la mise en échec par le peuple congolais du plan savamment ourdi dans certaines officines occidentales. Un plan que nous n’avons plus besoins de détailler et expliquer tant il est d’une « lumineuse clarté ».

Le seul fait que les concepteurs-organisateurs de cette immense pantalonnade n’aient pas budgétisé en amont le déroulement d’un second tour pour les présidentielles congolaises démontre à suffisance que cette possibilité ne les avait même pas effleurés. Et leur réaction de surprise (d’effroi !) s’est transformée en une rage froide et les poussent maintenant à chercher les moyens de contourner la vérité et de passer « doucement » en force afin de remettre leur plan sur le cap qu’ils avaient défini. Vous n’y croyez-pas ? Alors citez-moi un pays au monde où le calendrier électoral ne comporte qu’un tour ? Où avez-vous déjà vu qu’avant de vous rendre à l’isoloir, vous ne savez rien de ce que sera la suite donnée à votre devoir civique ?

Bref passons…

Ce qui importe aujourd’hui, c’est que notre vigilance ne se relâche pas et, partant la pression que nous mettons sur les responsables de ces élections continue. Et nous étudions tous les moyens pour faire triompher la vérité, la seule vérité gage de notre liberté. Bien sûr, cette lutte que nous voulons sans que le sang de quiconque ne soit versé car, et c’est une vérité de Lapalisse, le sang des congolais à déjà bien trop coulé.

Étant donné que nous avons décidé de jouer leur jeu, en nous pliant aux règles qu’ils ont établies, nous allons voir maintenant les moyens de les vaincre en utilisant leurs propres règles contre eux-mêmes. Et c’est par-là que notre victoire sera éclatante et incontestable, car garantie par ceux-là mêmes qui ont comploté pour notre perte.

Voici qu’en se replongeant dans leur Loi Électorale, certains juristes ont trouvé la faille, le défaut de la cuirasse que ces Chevaliers De Mumemi Maki portent en pensant qu’elle les protège contre toute flèche ennemie. Et ce défaut est un article de cette loi : Article 71 de la Loi 06/006 du 9 mars 2006 portant sur l’organisation des élections présidentielles, législatives, provinciale, etc…Que dit cet article ?

Le Procès-Verbal doit être signé par les membres du Bureau de la CEI.

Et quelle est la composition de ce fameux Bureau ?

le Bureau de la CEI est constitué de huit membres : président (Société civile), 1er vice-président (Mlc), 2ème vice-président (Rcd), 3ème vice-président (Pprd), rapporteur général (Maï-Maï), 1er rapporteur adjoint (Opposition politique), 2ème rapporteur (Rcd/N) et 3ème rapporteur (Rcd/K-Ml).

Regardez bien cette composition et vous comprendrez aisément que la proclamation unilatérale que rêvent certains d’une victoire au premier tour est simplement impossible. Surtout au regard de la guerre des chiffres à laquelle nous assistons et de par la nature et le nombre d’accusations de fraudes et autres tricheries que pleuvent contre le PPRD, l’AMP et autres associations de malfaiteurs qui souhaitent la victoire de « Monsieur 99% dans l’Est ».

Donc, le 20 août 2006, Malu Malu (qui n’est rien moins qu’un ancien envoyé spécial de « l’homme à la grande capacité d’écoute »), arborant son sempiternel et ineffable sourire narquois, va s’avancer et avec délectation nous annoncer que Mystère K est vainqueur au premier tour !

Le croyez-vous toujours ?

Vous pouvez en savoir plus en lisant cette analyse d’Angelo Mobateli en cliquant ici : Angelo Mobateli

Philippe Lomboto Liondjo

Bana Congo Section Suisse