Seigneur de cette contrée, Je suis le Prince du Fleuve

Ici mon Âme est centrée, De son Eau je m'abreuve

Fils de cette Terre Sacrée, Je pleure Ton malheur

Mais pour ta sauvegarde, je combats avec ardeur

Aussi loin est mon exile, tout proche en moi tu reste

Aussi longue que soit ta nuit, ne demeure pas sans gestes

Eveille-toi Ô ! Fier guerrier des Tribus de mes Ancêtres

Ne craint point le danger quel qu’il puisse être

De la Forêt qui couvre notre Equateur

Et jusqu'à nos volcans les plus hautes hauteurs

Je sais la douleur de mon peuple meurtri

Et je sais la souffrance qui l’a flétri

Mais je vous le dis à nous sera la vengeance

Et au loin nous chasserons cette engeance

Cela est écrit pour nous les justes

Un destin qui sera des plus augustes